La pire des objections !

la pire des objectionsQuelle est la pire des objections, face à un client ?

 

La question m'est venue alors que je discutais avec un ancien cadre qui a monté sa société de conseil. Il cherchait des conseils en commerce, car il constatait que, malgré toute la croyance en son produit, il n'arrivait pas à concrétiser (c'est d'ailleurs un lecteur de ce blog, merci, et c'est ainsi qu'il m'a contacté).

 

Il me confiait qu'il était déstabilisé par des objections. Il savait quoi répondre, mais plus tard. Pas sur le coup. Et c'est absence de `répondant` était pour lui significative qu'il n'avait pas un profil commercial.

 

Faux, faux, archi-faux ! Toute objection peut-être très facilement contrée. Sauf une, la pire de toutes...

 

 

Nous avons déjà vu comme contrer les objections les plus courantes en prospection téléphonique.

 

Ne retenez qu'une chose :

Une objection est une question.

 

Ainsi votre interlocuteur a besoin d'être rassuré sur le point qu'il objecte. Voici 3 exemples : :

 

C'est très bien tout cela, mais moi je n'ai pas le temps !

Quel doit être mon niveau d'implication dans votre projet ?

 

Notre société n'a pas prévu de budget pour cela !

C'est cher ?

 

Vous êtes trop cher !

Intéressant, mais peut-on discuter du prix ?

 

 

Et nous voici venus à la pire des objections :

 

La pire des objections, c'est l'absence d'objection !

 

Considérez chaque objection comme une question. C'est une opportunité, donc reformulez-la, et construisez ainsi une belle relation commerciale !